Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 22:39

http://static.boomkat.com/images/536752/333.jpg

Genre: Dubstep/Electro-step

Label: Akkord

Date de sortie: Fevrier 2012

 

Place tout d'abord au hors sujet:

Il faut l’avouer, l’arrivée d’internet ces dernières années a contribué à une réelle révolution de la consommation et, a fortiori, celle de la consommation musicale. Plus besoin de se déplacer chez le disquaire qui contenait au mieux « seulement » des milliers de CD de tous genres. Aujourd’hui le consommateur n’a qu’à s’assoir, posséder un PC, compte paypal ou autre, et trouver son bonheur chez des centaines de revendeurs professionnels ou particuliers. Aujourd’hui en musique tout s’achète à des prix variables, quantitativemement l’offre est quasi illimitée.Mais qu’en est il de l’aspect qualitatif ? Je ne vais pas rentrer dans ce débat stérile entre les vieux aigris et les nouveaux geeks mélomanes mais seulement opposer 2 arguments.

Les récentes avancées technologiques avec internet ont logiquement permis une certaine accessibilité à la production de musiques électroniques ; plus besoin d’avoir de connaissances en solfège ou en instruments, la simple maîtrise (parfois approximative) d’un logiciel suffit. Seulement le point noir et là où cette accessibilité a pour conséquence la facilité… Désormais, alors qu’internet était censé rendre la musique accessible à tous, elle est malheureusement de plus en plus sacrifié pour plaire à la masse : la musique s’est donc popularisé mais aussi paupérisé . Toutefois on ne peut pas le nier : la quantité de morceaux de très médiocre qualité (pour ne pas utiliser des termes grossiers) produite ces dernières années, a augmenté de façon exponentielle et prend une part écrasante dans la sphère musicale (Je dis ça mais l'ironie du sort veut qu'une semaine auparavant je sois allé au concert de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom; un certain David G. et je ne dis pas que je n'ai pas aimé).

Tout n’est cependant pas noir pour autant, et c’est là où je voulais en venir : même si l’on assiste à la régression constante de la production musicale, il reste des artistes, des résistants, faisant encore fi des codes et de leur popularité parmi le grand public. Internet peut ainsi permettre aux férus de bonne musique de faire encore de très intéressantes découvertes, des artistes dont on aurait probablement jamais entendu parler sans cette révolution technologique et musicale. Akkord en fait parti.

 

Revenons-en à nos moutons:

On ne sait pas grand-chose sur ce pseudonyme. Il représente un collectif de Manchester (UK)voilà tout. Mis à part ça des anonymes complets et c’est aussi un peu pour cela que j’ai choisi de les chroniquer. Ils en sont seulement à leur première sortie (uniquement téléchargeable sur Boomkat) mais qui montre après écoute une déjà très forte maturité musicale. Un croisement entre Burial et dBridge, Akkord c’est de la dubstep à l’état pure avec une touche de Glitch et un zeste de techno car le plus important dans les productions d’Akkord, c’est le beat. On s’en doute déjà avec le 1er titre intitulé « The Drum » , on en est certain à 1min 10 où le matraquage commence.

Les coups de basses acides pleuvent alors dans notre conduit auditif et notre corps, nous essayons de réagir face à ces attaques physiques d’une rare puissance mais nous nous inclinons devant tant de maitrise et de domination. Désormais, nous ne contrôlons plus rien, notre corps se met à convulser. Agenouillé dans un recoin d’une pièce sombre, on prie pour que ce cauchemar disparaisse, que ce monde autiste crée par Akkord s’efface, et que la vie reprenne son court normalement. Mais cet EP est un peu trop court, c’est vraiment le seul reproche aue je peux lui faire car une écoute de 17 minutes, même très immersive, ne suffira pas à l’auditeur ; Frustré. Cependant plus rien ne sera comme avant, une unique écoute nous aura terrassé, traumatisé à vie. Akkord nous laisse donc une trace indélébile au plus profond de notre organisme une blessure que même le temps ne saurait guérir.

En attendant un long format contentons-nous de ce très bon EP, et afin de bien comprendre les intentions du collectif, il est fortement conseillé d’écouter cet enregistrement avec un bon casque, le volume et les basses au maximales, seul dans la pièce. This is something special about the drums…

Raphaël Lenoir

 

Boomkat (Mp3 download)



Partager cet article

Published by Electronic Diary - dans Dubstep
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Electronic Diary
  • Electronic Diary
  • : Electronique Diary http://www.facebook.com/pages/Electronic-Diary/107489856043919
  • Contact

Podcast

iTunes

 

Recherche

Twitter

Archives

Administrateurs

Chroniqueurs.

 

Kartela http://soundcloud.com/kartela-1

 

Raphaël Lenoir

 

Laurent S http://soundcloud.com/laurent_s_from_nancy

Catégories

Liens