Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 15:24
Ametsub All is Silence 400x356
Label: nothings66
Date de sortie: Juin 2012
Genre: Electronica contemplative

 

           Adoubé par ni plus ni moins que Ryuichi Sakamoto en 2009 pour son Nothing Of The North LP, Ametsub remet le couvert en ce doux moi de juin avec All Is Silence, long format nébuleux entre électronica et ambient dans un style très contemplatif qu’affectionnent particulièrement les japonais. Car si la carrière du nippon a pris de l’ampleur dès 2009 à travers ses compositions mêlant piano glitché et ambiant, beaucoup de personnes l’attendaient au tournant pour confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. Tout est silence, voilà donc le message paradoxal passé par la pochette lorsque l’on sait que les morceaux de cet album sont en partie composé de divers fields recordings amassé aux 4 coins du globe durant sa récente tournée. 

 

                Lors de la première écoute inutile de dire que j’ai pris une claque monumentale, bluffé par la maîtrise du japonais dans l’agencement des sons. On retrouve la patte poétique unique qu’ont les habitants du pays du soleil levant, je pense particulièrement à Geskia!, à Shigeto ou encore à Sakamoto en disant cela car de leur musique se dégage une grâce certaine reconnaissable entre mille. Ametsub a muri ; sa musique se fait plus électronique, plus chargé en instruments mais, étrangement, plus légère en soi. Chaque seconde est travaillé à l’extrême, la pulsation est syncopée à la manière d’un Burial mais reste relativement en retrait pour laisser les mélodies respirer. Car si Burial nous enfermait soigneusement dans les sous-sols cradingues de Londres, All Is Silence est quant à lui un grand bol d’air frais, et croyez-moi, cela fait un bien fou ! Les japonais ont une relation étroite avec la nature, elle est sacrée selon leur culture, et cela se ressent dans la musique du nippon puisqu’elle y occupe une place très importante. Elle prend carrément vie durant ces 50 minutes où l’auditeur évolue humblement au milieu de paysages luxuriants de détails. On se sent petit face à cet harmonie subtile, nous ne sommes plus qu’un élément parmi un grand tout, façonné par le nippon lui-même. All is Silence est à mille lieux de Nothing of the North, les constructions ici regorgent de détails infimes, la richesse des sons provenant surtout des fields recordings est distillé à la perfection tout au long du disque. Mais le plus impressionnant restent les nappes de bruits ambiants parfois très shoegaze qui interviennent vers la fin des morceaux et qui finissent d’achever les impuissants spectateurs que nous sommes. Le niveau atteint tient quasiment du génie : aucune track ne viens corrompre un ensemble très homogène et pourtant très varié : il y a un monde entre chaque morceau, mais on ne ressent à chaque fois, que la trace d’un seul homme.

 

Brillante réussite donc pour Ametsub, All Is Silence rejoint humblement les sommets de l’électronica grâce à ses constructions aériennes riches en sonorités et en paysages dépeints. La poésie qui se dégage de cet œuvre est colossale; les mots me manquent pour la décrire. Bashō vous l’expliquera sans doute mieux que moi :

 

furuike ya                                                    Dans la vieille mare,

kawazu tobikomu                 ou                    une grenouille saute,

mizu no oto                                                 le bruit de l'eau.

 

Raphaël Lenoir

 

Store



 

 

Partager cet article

Published by Electronic Diary - dans Electronica
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Electronic Diary
  • Electronic Diary
  • : Electronique Diary http://www.facebook.com/pages/Electronic-Diary/107489856043919
  • Contact

Podcast

iTunes

 

Recherche

Twitter

Archives

Administrateurs

Chroniqueurs.

 

Kartela http://soundcloud.com/kartela-1

 

Raphaël Lenoir

 

Laurent S http://soundcloud.com/laurent_s_from_nancy

Catégories

Liens