Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 11:17

5207306

Genre: Electronica 

Label: ACP Recordings Ltd.

Date de sortie: Avril 2012

 

 

Ce groupe fondé dans les années 90 est composé de deux frères (Paul et Phill) Hartnold d’origine anglaise. Ils ont longtemps été les piliers de la musique électronique dans leur pays et ont influencé bon nombre d’artistes. Ils n’avaient rien à l’actif depuis 2004 et la sortie de l’album Blue Note, mais le quasi-légendaire duo anglais revient en force ce mois d’avril avec leur toute dernière œuvre baptisé Wonky.

 

Dès l’ouverture de cet album on sent qu’ils n’ont pas perdu la pêche malgrès les nombreuses années d’abscences, les beats sont brefs mais pas saccadés, on sent une certaine fluidité dans la production. Les références sont vintages, nous somme pris dans l’une de ces nombreuses raves qui ont fait la gloire de la musique électronique des 90's. L’acidité de cette techno nous revient en mémoire bien que, personellement, ne l’ayant jamais vécu; et c’est sans doute là où réside le tour de force d’Orbital. Le début d’album est donc une réussite avec One Big Moment, Straight Sun et Never qui figureront sans doute parmis les meilleurs morceaux du groupe depuis leur création. On sent aussi une innovation dans l’instrumentalisation plus naïve, plus euphorique que par le passé, le duo manie très justement les différentes nappes extrêmement bien coordonnées donnant à l’ensemble une homogénéité sans pareille. Pour rester dans le coup, le groupe fait appel à Zola Jesus sur New France, une valeure montante très polyvalente et dont la voix après traitement reste une pure merveille. La collaboration est réussi, la voix angélique se pose impeccablement sur les accords ; le tout me faisant rappeler à un certain moment sa récente collaboration avec le très en vogue M83 sur Intro et Reunion entre autres (titres présents sur Hurry Up, We’re Dreaming). Orbital sur cet album touche donc légèrement au shoegaze fait assez rare pour être signaler. Mais ceci ne va pas durer car cette ambiance bon enfant va laisser place à quelque chose de plus sombre. Sur Distraction le soleil se couche au loin, l’horizon se couvre alors d’une couleur rougeâtre qui, progressivement, laisse place au bleu nuit. Cette acidité dans la production encore contenue jusqu’à maintenant prend sa revanche sur Stringy Acid, le dubstep se profile alors doucement mais surement. Il éclate avec force sur Beelzedub, le monstre caché par les 2 frères sort enfin de sa tanière et montre fièrement ses crocs. Après un avant dernier titre éponyme plutôt bien amené avec la voix de Lady Leshurr posé sur des rythmes très saccadés, Wonky se termine avec classe : Where It Is Going est une fin idéale pour ce disque, où la douceur des claviers prend le pas sur l’agressivité du beat. Une sortie céleste qui nous fera tout oublier, savoir où nous allons n’a désormais plus de signification pour nous.

 

Avec cette dernière œuvre d’Orbital, on ressent finalement un dynamisme certain qui pourra plaire à une majorité d’auditeurs, malgrès une longue période d’absence, le duo reste au top de sa forme ; leur production nous faisant toujours autant triper avec ces instruments provenant d’une autre époque. Une électronica ravageuse parfois à la limite du rock shoegaze et du dubstep, Wonky n’a cependant aucune frontière pour vous faire voyager dans l’espace et dans le temps.

 

Raphaël Lenoir

 

Beatport

 


 

Partager cet article

Published by Electronic Diary - dans Electronica
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Electronic Diary
  • Electronic Diary
  • : Electronique Diary http://www.facebook.com/pages/Electronic-Diary/107489856043919
  • Contact

Podcast

iTunes

 

Recherche

Twitter

Archives

Administrateurs

Chroniqueurs.

 

Kartela http://soundcloud.com/kartela-1

 

Raphaël Lenoir

 

Laurent S http://soundcloud.com/laurent_s_from_nancy

Catégories

Liens