Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 11:55

jeff-mills-2.jpg

 

 

Jeff Mills est sûrement l'un des artistes les plus actifs de la seconde vague de Detroit. Il est le fondateur avec Mad Mike du label Underground Resistance. Aussi surnommé The Wizard il est surtout connu pour avoir été le premier DJ à avoir mixé avec 3 disques sur 3 platines en continue lors de ces sets légendaires. Jeff Mills est aujourd'hui devenu une légende, une entité propre dont tout DJ qui se respecte revendique l'influence. Il y a des artistes sans lesquels on ne pourrait imaginer le développement de la techno, Jeff Mills en fait partie !

 

21h, le concert commence ! A ma grande surprise Jeff Mills tout en sobriété se place sur le coté de la scène pour que les spectateurs se concentrent uniquement sur l'objet visuel. L'intro est hypnotique, un mélange entre une electronica cosmique et des textures dub plus voilées et profondes. Il faudra attendre une dizaine de minutes pour entendre le premier kick. La magie se met en place doucement ! Le concept du cinemix est étonnant mais évidemment assez cohérent à la musique du maître qui s'est toujours voulu d'un autre monde. A la manière des pianistes du XIXème siècle jouant et improvisant autour d'un film muet, Jeff Mills construit son mix autour de la pellicule. La musique correspond parfaitement à la video. Devant des images psychédéliques s'amoncelant avec force Jeff Mills pose une Techno Dub et spatiale étonnante d'originalité une sorte de mélange entre Xhin, Ben klock et Tim Hecker. Il est 23h, la force des kick est toujours ascendante, la légende de Detroit sait parfaitement comment tenir en haleine son publique. La puissance des basses augmentera parallèlement au tempo durant toute les 3 heures du show. En outre Jeff Mills fait preuve d'une prouesse technique irréprochable (il ne quittera jamais son casque de la soirée) au moins deux musiques se superposent continuellement, il livre au publique des transitions originales dont il a le secret. Le spectacle dont je suis devenue l'esclave se poursuit toujours avec la même intensité. A 00h les kicks disparaissent pour laisser place à des nappes aériennes qui viennent sonner la fin de l'expérience. Le public reste sous le charme mais hypnotisé par la scène dont il fut le témoin intime. Jeff Mills fait preuve d'une modestie et d'une servitude incroyable et redonne pour plus de 20 min l'opium de son public: sa techno fédératrice au cours d'un rappel tout en passion. A 00h20 le chef d’œuvre de «The Bells» s'achève, l'artiste quitte la scène sous les acclamations d'un publique conquis.

 

Jeff Mills pendant toute la soirée nous aura une nouvelle fois fait preuve de son immense talent à lier les arts pour les sublimer. Sa techno nous aura encore ébloui de sa puissance et de sa force émotionnelle.

 

kartela

 

Partager cet article

Published by Electronic Diary - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Electronic Diary
  • Electronic Diary
  • : Electronique Diary http://www.facebook.com/pages/Electronic-Diary/107489856043919
  • Contact

Podcast

iTunes

 

Recherche

Twitter

Archives

Administrateurs

Chroniqueurs.

 

Kartela http://soundcloud.com/kartela-1

 

Raphaël Lenoir

 

Laurent S http://soundcloud.com/laurent_s_from_nancy

Catégories

Liens