Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 20:52

 

Nous remercions Electric Rescue pour la gentillesse et l'humilité dont il a fait preuve envers nous à bien vouloir répondre à ces quelques petites questions.

 

electric3NB-300x225

 

 

1) Tu as récemment sortis deux EP ("Dope" et "Lili") sur Bedrock Records, le label de John Digweed. Comment en es-tu arrivé à signer sur ce prestigieux label ? Comment s'est passé la prise de contact avec John ? Prévoyez-vous d'autres collaborations dans le futur ?

 

 

En fait, ça s'est fait par hasard. J'ai remarqué que je suivais le label de John Digweed, Bedrock depuis qu'il a fait un revirement plus techno depuis 2 ou 3 ans, avant c'était trop progressive pour moi. Mais depuis ces deux ou trois années, je trouve qu'il y a quelques sorties vraiment très intéressantes et variées. Donc je regardais de loin, jusqu'au jour où mes potes Maxime Dangles et Paul Nazca m'ont proposé de sortir Dope sur leur label Sign Industry, je leur ai dit ok. Ils envoient alors la promo à John Digweed qui leur a répondu qu'il aimerait beaucoup signer ce genre de track sur son label. Du coup après une discussion unanime avec Max et Paul on a signé une licence sur maxi pour le sortir sur Bedrock car on trouvait tous les trois que ça collait parfaitement. Vu la manière simple et amicale avec laquelle cela s'est passé je lui ai donc proposé une seconde démo qu'il a pris direct avec le LILI entre autres. Puis quelques semaines après il m'a proposé de sortir un maxi de remix de Dope avec des remixes de Stephan Bodzin et de Lui-même donc ok... Il a donc envie de faire des choses avec moi et j'en suis ravi. Aucun artiste de son envergure ne m'avais proposé autant donc je m'éclate. Bien sûr il y a Boysnoize qui me fait confiance, mais lui je lui fais profiter de ma facette un peu plus incisive et je continuerais à lui proposer d'autres tracks tout comme Dubfire. Mais bon, il est vrai que je me sens pousser encore plus loin avec John. Il vient d'ailleurs de me proposer de remixer un de ses titres je suis dessus actuellement et il attend aussi une proposition d'album de ma part, qu'il devra valider avant sortie bien sur. Mais il y a une volonté commune d'avancer ensemble. Et moi j'aime sa simplicité et la largeur et l'ouverture musicale de son label, affaires à suivre ...

 

 

2) Tes dernières compositions (Dope, Lili) sont beaucoup moins "minimal" qu'auparavant et beaucoup plus mélodiques et progressives une envie soudaine de changement ?

 

 

Non j'ai toujours été hyper éclectique, je peux faire autant des trucs techno acid pour Boysnoize, que de la techno minimal pour Sci+Tec ou Cocoon, que de la techno dancefloor pour Skryptom ou de la mélodie ou autres pour Bedrock. Je n'ai aucune chapelle, aucune barrière, j'aime la musique électronique au sens large, je ne veux surtout pas m'enfermer dans un style de techno spéciale, j'ai ma personnalité ça c'est sur et j'espère que ça commence à se ressentir, mais surtout pas de prises de directions spéciales ou quoi que ce soit, faut juste que cela me fasse vibrer.

 

 

3) Décrit nous un peu ta manière de produire de la musique. Tu arrives avec un schéma bien en tête de ce que tu veux faire en studio ou tu te laisses guider par tes machines et ton humeur ?

 

 

Surtout jamais de schéma, chaque son à une influence différente, éviter au maximum les répétitions, même s'il y en a forcément toujours un peu, c'est aussi ce qui forge une personnalité. Mais non, je n'ai pas de manière, je me laisse emporter par tout ce qui m’influence autour de moi artistiquement parlant

 

 

 

4) Quelle vision portes-tu sur le monde de la musique électronique aujourd'hui ? La starification de certains DJ a-t-elle eu un impact sur le milieu "underground" que tu représentes?

 

 

C'est des questions qui ne m'intéresse pas beaucoup, je suis obligé de montrer ma gueule, je fais avec, mais ce n'est vraiment pas ce qui me pousse tous les jours à aller au studio ou aller jouer ou je peux aller jouer, ou on veut bien de moi. Moi ce qui m'importe c'est de faire de la musique seul ou avec les gens que j'aime et faire danser les gens devant moi en leur procurant de l'émotion. Toute cette communication autour ne me passionne pas du tout, je partage pas mal surtout sur Facebook et autres mais c'est juste parce que j'aime partager et essayer de faire plaisir aux gens qui sont passionnés comme moi. Mais je ne suis pas à la course à la visibilité surfaite. J'aurais ce que je mériterai en temps voulu et tout cela sera fonder sur de la musique uniquement. Chacun son boulot moi c'est le son. Je laisse faire la communication à ceux qui savent le faire et si on communique bien sur moi c'est que j'aurais fait de la belle musique alors là oui tant mieux j'accepte la visibilité en rapport à mon travail.

 

 

5) Ton label Spryptom apparaît comme un véritable dénicheur de talents (Julian Jeweil, Traumer, Maxime Dangles) que recherches tu lorsque tu signes un jeune artiste ?

 

 

Oui, c'est vrai que j'ai la chance d'avoir un label qui est un peu une rampe de lancement, entre Julian Jeweil, Popof (pour sa reconversion techno), Maxime (était déjà confirmé mais ça lui redonné un petit coup de boost), Commuter, Pierre Delort et Remy Maurin et le dernier auquel je vois un avenir équivalent à Jeweil : Traumer. Tout ce beau petit monde a pu s'exprimer un peu partout ensuite. Il y en a certains avec qui ça continue et d'autres avec qui je n'ai plus aucune relations, mais il s'avère que ça marche assez bien pour eux tous, et ça me réjouis car je sers un petit peu à çà aussi et je surkiffe ça: l'entre aide, certains le comprennent bien d'autres moins mais pas grave moi ça m'éclate. J'aime bien faire l’entraîneur d'équipe de techno LOL. Quand je signe un artiste c'est juste du pur kiffe, c'est parce que je suis fan de l'artiste et que je sens que je peux débloquer chez lui quelque chose qui va lui permettre d'aller plus loin. Après je ne demande rien de spécial, juste d'écouter les tracks en premier pour voir si on peut faire du Skryptom après et j'aide tous ces artistes à signer dans des gros labels pour les développer. Je ne leur demande rien, ça m'éclate c'est tout, juste d'écouter tout en premier :)

 

 

6) Parmi les candidats à la présidentielle beaucoup ont mis dans leur programme une réforme de l'HADOPI certaines t-on t-elle parus sérieuses ?

 

 

Nous n'intéressons pas les politiques et les politiques m'intéressent peu, même si j'ai mes convictions, on parle d'autres choses ?

 

 

7) Une question d'ordre sociologique pour changer. Penses-tu que la musique soit le fruit de l'innée (du talent) ou du travail ?

 

 

Travail et éducation auditive !

 

 

8) Au commencement de la musique électronique certaines villes avaient des identités très fortes Détroit (Techno) Chicago (House) New York (Deep House) l'identité musicale de ces villes est-elle visible encore aujourd'hui ?

 

 

Un peu mais heureusement tout à quand même bien fusionner et ça donne des mélanges intéressants, c'est ça qui est passionnant dans la musique les mélanges, l'évolution, l'avancée et surtout pas les clivages tout comme en politique ;)

 

 

9) Laquelle de ces 2 propositions te plais le plus? Avoir tes tracks joués par Laurent Garnier, Agoria etc ou avoir 5000 vues de plus sur ton Soundcloud ? Reconnaissance du milieu ou reconnaissance du public

 

 

Les 2 mon général je fais ça pour tout le monde et pour moi, plus je suis écouté et plus ça m'éclate, pas drôle de faire de la musique tout seul dans son studio. La musique est un partage, tout comme organiser une rave ou une soirée au rex, pour ma part c'est du partage, pas un business. Bien sûr j'en vis confortablement mais dans des pratique de prix raisonnable et surtout avec la musique en avant. Donc tout rencontre public, artiste, et autre au travers de ma musique est un plaisir. Donc je répète, les deux mon général.

 

 

10) Pour finir sur une touche très politiquement correct. Agoria dit souvent dans ces interview que "en musique 95% des personnes sont des moutons, ils suivent la mode." Es-tu d'accord avec cette phrase ? Internet ne devrait pas faire changer les choses ?

 

 

Peut-on résumer ce genre de choses en une phrase ? Je trouve ça bien prétentieux ;) L’homme est bien plus complexe et intéressant à la fois pour être résumé en une phrase. Je ne me sens pas d'affirmer cela, la réflexion est bien plus large que ça et la proposition est tellement vaste, qu'à un moment donné ils sont bien obligés de choisir des points de repères. Et puis tout le monde n'est pas passionné de musique non plus. Donc il nous faudrait plutôt quelques heures pour en débattre et ça pourrait bien être ennuyeux à lire. Moi je fais de la musique, je ne suis personne pour juger les choix du public.

 

 

Partager cet article

Published by Electronic Diary - dans Interview
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Electronic Diary
  • Electronic Diary
  • : Electronique Diary http://www.facebook.com/pages/Electronic-Diary/107489856043919
  • Contact

Podcast

iTunes

 

Recherche

Twitter

Archives

Administrateurs

Chroniqueurs.

 

Kartela http://soundcloud.com/kartela-1

 

Raphaël Lenoir

 

Laurent S http://soundcloud.com/laurent_s_from_nancy

Catégories

Liens